Responsabilité médicale, hospitalière et dentaire Un cabinet au service des usagers du système de santé du Québec

Ménard, Martin avocats

Notre philosophie

Nous sommes une organisation de services juridiques qui dispense ses services dans le contexte d’un engagement social bien déterminé. Notre pratique professionnelle vise à assurer et faire la promotion de :
  • l’accessibilité aux soins de santé;
  • la qualité des soins de santé;
  • la sécurité des soins de santé.

Notre engagement vise également à assurer la défense, le respect et la promotion des droits des personnes vulnérables dans le système de santé, et plus particulièrement les clientèles suivantes :
  • personne vivant avec une déficience intellectuelle;
  • personne âgée prise en charge par le Réseau;
  • patient psychiatrique;
  • personne handicapée;
  • jeunes de moins de 18 ans.

Nous sommes engagés dans la défense et la promotion d'un système de santé public accessible, transparent et efficace.

En nous spécialisant en responsabilité médicale, nous avons cherché à améliorer et favoriser l'accès des citoyens victimes d'erreurs médicales au système judiciaire en contrôlant les coûts et en développant l'efficacité de ces recours.  Nous recherchons constamment à améliorer l'indemnisation des victimes d'erreurs médicales tout en favorisant l'amélioration de la sécurité et de la qualité des soins.
Retour à l'accueil

Actualités

15 mars 2010

LES DÉBORDEMENTS DES SALLES D’URGENCE

Le 3 février 2009, monsieur Figiel est conduit en ambulance en début d’avant-midi à l’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont en raison de difficultés respiratoires. Il porte à ce moment un bracelet permettant de l’identifier comme un patient ayant récemment reçu des soins à cet établissement à la suite d’un AVC. Il est vu par le personnel infirmier au triage vers 9h45 et est installé sur une civière dans le corridor de l’urgence. Aucune ré-évaluation de la condition médicale de monsieur Figiel n’est faite par le personnel infirmier et aucune consultation médicale n’a lieu. On mentionne à la famille un temps d’attente de 16 heures avant de voir un médecin et on explique que la salle d’attente et largement débordée. À son arrivée au chevet de son père vers 16h00, madame Figiel constate que l’état de son père s’est détérioré et qu’il est dans un état critique. Elle tente de trouver du personnel disponible pour l’aider mais personne ne se préoccupe du fait que son père est en détresse respiratoire. Le dossier médical de son père est par ailleurs introuvable. Dans les heures qui suivent, des soins seront prodigués à monsieur Figiel par l’équipe des soins intensifs mais le décès de monsieur Figiel sera constaté tôt le matin du 4 février 2009. Suite à ce décès tragique, une enquête du coroner est en cours et le département des soins intensifs du même établissement a demandé une enquête interne.

Le décès de monsieur Figiel n’est malheureusement pas le seul cas de conséquences dramatiques et tragiques qui est survenu dans les salles d’urgence du Québec récemment. De nombreux patients qui se présentent dans les salles d’urgence des hôpitaux du Québec doivent souvent attendre de longues heures (parfois même plus de 10 heures pouvant même aller jusqu’à 25 heures) avant de voir un médecin. Ceux qui ont réussi à voir un médecin ne sont pas au bout de leur peine puisqu’ils doivent aussi attendre de très longues heures avant d’obtenir un lit pour leur hospitalisation. Ces longs délais d’attente sont inacceptables et peuvent mettre en danger la vie des usagers ou leur causer des séquelles graves.

Ce phénomène d’attente interminable avant de voir un médecin fait apparaître la nécessité de revoir le processus de gestion du débordement de l’urgence et la mise en place des mesures à prendre pour préserver la qualité des soins aux usagers. D’ailleurs, il n’existe aucune statistique ni de données officielles permettant d’évaluer l’ampleur du phénomène d’attente d’un usager avant de voir un médecin dans les salles d’urgence québécoises. Les efforts des dernières années ont plutôt été orientés vers les mesures à prendre dans les cas de congestion de patients sur civière à la salle d’urgence en attente d’un lit pour une hospitalisation. Aucune mesure concrète n’a été mise en place pour corriger le problème du long délai d’attente avant de voir un médecin.

Selon le Guide de gestion des urgences du Ministère de la Santé et des Services sociaux, qui définit le fonctionnement des salles d’urgence partout au Québec, un plan de gestion du débordement de l’urgence doit être élaboré par chaque établissement. Ce Guide prévoit également que les patients qui se présentent aux urgences doivent être immédiatement priorisés par une infirmière au triage, afin de déterminer, selon l’urgence et la gravité de leur état, dans quel délai ils verront le médecin. Ces mesures, qui ne sont pas rigoureusement appliquées, ne sont pas suffisantes pour réduire le temps d’attente avant d’être vu par un médecin à l’urgence.

Pour faire le point sur la situation du débordement des urgences, notamment sur les délais inacceptables avant de voir un médecin à l’urgence, et sur l’impact que cette situation peut avoir sur les patients, une conférence de presse sera donnée par Me Jean-Pierre Ménard en compagnie de plusieurs membres de familles dont les proches ont été les victimes de ces longs délais d’attente à la salle d’urgence et ils formuleront de façon précise un ensemble de demandes pour améliorer la sécurité des patients fréquentant les salles d’urgences québécoises.

Endroit : Étude légale Ménard, Martin, Avocats
4950, rue Hochelaga (coin Viau)
Montréal (Qc) H1V 1E8

Date : lundi le 15 mars 2010
Heure: 10h45

Pour information : Me Jean-Pierre Ménard au (514) 253-8044
Design Web = Acolyte